Une épée de cour du XVIIIe

+9
freebird
3008nato
fusilabroche
vidocq80
Jeppesen
cromagnon 07
Lone Rider
CLOSDELIF
St Etienne
13 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par CLOSDELIF Mer 25 Mar - 18:05

Merci !!!!
Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1900954244


Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 7009
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 69
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par freebird Mer 25 Mar - 18:13

Belle et didactique intervention.
Avec la rapière que tu présentes, il existe une prise alternative (car souvent et pendant longtemps les rapières piquent ET coupent), on ne passe que l'index dans le pas d'âne. Cela donne à la fois une possibilité accrue de mouvement de rotation (taille, mais aussi lié-délié, prise de fer, battue), une plus grande force et précision lors de l'estoc, et ça maintient l'épée bien en main lors des tailles.
Parce que le moment d'inertie d'une lame d'un mètre de long aurait vite tendance à t'arracher le bouzin des mains.
freebird
freebird
Modérateur

Messages : 2031
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par 3008nato Mer 25 Mar - 18:19

mais QUE NENNI  !!! mon cher Freebird...ce que tu nous a montré suffit amplement ,, au risque de réveiller le bouffeur de tulipes ...

merci encore ..
quelques photos , juste pour toi ...."le pas d'âne"


Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Img_2027


Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Img_2028

je te laisse pédagoger !
3008nato
3008nato

Messages : 1260
Date d'inscription : 14/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par bbrmque Jeu 26 Mar - 2:07

CLOSDELIF a écrit:Merci !!!!
Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1900954244

Pas mieux, je commence enfin à comprendre certaines choses qui m'échappaient inlassablement, vous n'arrêtez pas de m'apprendre, c'est un plaisir sincère Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 2905636429


Citation de La Momie : "Vous n'aurez pas ma liberté de panser"...
Bébert
Membre UFA et UNPACT
avatar
bbrmque
Old Timer

Messages : 597
Date d'inscription : 04/01/2015
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par fcrozet Jeu 26 Mar - 18:22

AHHH! les femmes! toujours les femmes! Leur éclatante beauté qui traverse les temps illuminera peut-être ces incompréhensibles graffitis ............quelle beauté!

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Margue10

A venir, peut-être, du sexe, du sang, des larmes...
fcrozet
fcrozet

Messages : 122
Date d'inscription : 08/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par freebird Jeu 26 Mar - 18:27

J'attends avec une joie prémonitoire comment tu relieras la demoiselle morte en 1603 à cette épée... Very Happy
(je sèche sur le janissaire...)
freebird
freebird
Modérateur

Messages : 2031
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par CLOSDELIF Jeu 26 Mar - 18:34

J'en suis tout émoustillé...


Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 7009
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 69
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par fcrozet Jeu 26 Mar - 19:02

freebird a écrit: J'attends avec une joie prémonitoire comment tu relieras la demoiselle morte en 1603 à cette épée... Very Happy
(je sèche sur le janissaire...)

ben on va broder....

par les temps qui courent tout est permis clown
fcrozet
fcrozet

Messages : 122
Date d'inscription : 08/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par 3008nato Jeu 26 Mar - 20:17

Et que non  mon cher Crozet ...pour les larmes .

concernant les belle et l'amour....je ne sais pas , je ne sais plus ! mais le croqueur  de tulipes pourrait nous éclairer et en dire plus  (à défaut de quelques vidéos ..)

-pour les larmes et l'histoire ,je  ne peux répondre pour le moment au nombre de demandes ...d'avis favorables pour la décapitation du  janissaire (et pourtant avec François , nous cherchons  7/ 7.)

et donc nous comptons sur vous tous pour l'interprétation de ces gravures sur la  lame d'épée d'un "noble" courtisan.....je remets et partage tous mes jugements avec François ...
3008nato
3008nato

Messages : 1260
Date d'inscription : 14/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par CLOSDELIF Jeu 26 Mar - 20:25

3008nato a écrit:Et que non  mon cher Crozet ...pour les larmes .

concernant les belle et l'amour....je ne sais pas , je ne sais plus ! mais le croqueur  de tulipes pourrait nous éclairer et en dire plus  (à défaut de quelques vidéos ..)

-pour les larmes et l'histoire ,  ne peux répondre pour le moment au nombre de demandes ...d'avis favorables pour la décapitation du  janissaire (et pourtant avec François , nous cherchons  7/ 7.)

et donc nous comptons sur vous tous pour interprétation de ces gravures sur la  lame d'épée d'un "noble" courtisan.....je remets et partage tous mes jugements avec François ...
Mais qui est ce Végan putatif dont j'entends souvent parler ici ??????
(perso je ne bouffe que du gazon....et à cause du Corona, je ne sais pas quand cette occurrence se reproduira.....)


Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 7009
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 69
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par Jeanghis Jeu 26 Mar - 21:23

Si les tulipes sont bataves, le gazon peut l'être aussi.. Embarassed
Et gazon ou pas le terrain devient glissant ...
En attendant je vais prendre quelques cours de natocrozien pour essayer de comprendre sans me faire entuliper ...


Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Ufa_ho10Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Logo_b13 Club de tir Les Pionniers Bressans Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 5798451894tirtransparent33
Jeanghis
Jeanghis
Administrateur

Messages : 2224
Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 69
Localisation : Ain/Jura/Winchester

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par freebird Jeu 26 Mar - 21:58

pour une fois, tous les indices sont donnés. Et la recherche emporte sur des terres pour moi inexplorées.
freebird
freebird
Modérateur

Messages : 2031
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par 3008nato Ven 27 Mar - 15:14

NOUS les vioques ,,, nous parlons de la verrouille ou du pas d’âne  comme vous parlez de la bretelle de l'USMI   ou du 98 qui nous a fait tant de mal ...

-juste un mot , au sujet des  16em et 17eme siècle les hommes étaient encore forts , mais affamés , fort soucieux de se défendre individuellement ...
bref , ils se munissaient d'armes d'hommes  pour ce qui concernait les armes blanches .

mon propos est bien simplement de revenir aux fondamentaux au sujet des épées .

et donc "le pas d’âne " qui permettait d'introduire ses doigts pour  frapper plus fort...d'estoc  (tout droit pour faire simple comme les cuirassiers un peu plus tard !!)

je vais essayer de vous montrer les pas d’ânes  des hommes forts pour les épées des 16em ...17eme siècle ..
  "des hommes forts ."

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Img_8214


Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Img_6724
3008nato
3008nato

Messages : 1260
Date d'inscription : 14/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par freebird Ven 27 Mar - 16:30

nom de qui vous voulez, ça claque...

on voit même les détails des soudures... bounce

je me suis permis d'en rajouter une couche, vu la beauté du support didactique:

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Img_8210
freebird
freebird
Modérateur

Messages : 2031
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par CLOSDELIF Ven 27 Mar - 17:06

C'est un véritable feu d'artifice !
drunken Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 3117957002 Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 2990646186 Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1236194134 Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 3229232378


Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 7009
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 69
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par Jeanghis Ven 27 Mar - 17:34

je suis avidement (en silence pour une fois)


Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Ufa_ho10Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Logo_b13 Club de tir Les Pionniers Bressans Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 5798451894tirtransparent33
Jeanghis
Jeanghis
Administrateur

Messages : 2224
Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 69
Localisation : Ain/Jura/Winchester

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par St Etienne Ven 27 Mar - 18:24

Jeanghis a écrit:je suis avidement (en silence pour une fois)

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1863327872

... rien à ajouter ... je suis en lévitation ...

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1470437998
St Etienne
St Etienne

Messages : 370
Date d'inscription : 03/12/2017
Localisation : Paris - Pays de Loire

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty " A la fin de l'envoi....je touche !"

Message par EKAERGOS Ven 27 Mar - 20:54

Shocked
Mordiou Comme disait (presque) Lino VENTURA-LAGNEAU "Faut dire que c'est plutôt une arme d'homme.."
En ces temps de contamination padane çà donne envie de faire des brochettes ..,car nous ne manquons pas d'Anes !
Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1900954244
EKAERGOS
EKAERGOS

Messages : 508
Date d'inscription : 02/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par fcrozet Sam 28 Mar - 17:02

Sur la pointe des pieds donc et avec les plus extrêmes réserves donc, un petit essai de lecture de lame…

On aura noté pour commencer que l’épée que nous expose le camarade ST ETIENNE présente quelques similitudes avec celle du compère NATO notamment en termes de facture comme d’ornementation tout du moins, à première vue, en ce qui concerne les entrelacs décoratifs de la base de la lame, qui restent néanmoins de grands classiques.
Selon toute vraisemblance également ces deux lames assez anciennes ont été remontées sur des poignées, gardes et autres qui sont postérieures.


L’épée de ST ETIENNE

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Eapeae10

L’épée de NATO

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Img_3610

Ce qui est intéressant est la lecture que l’on peut tenter de faire, à distance de +/- 350 ans d’histoire, des symboles et autres devises représentés sur ces lames.

Pour les épées de « charge » de « fonctions » militaires ou civiles où les symboles et allégories sont assez documentés pour qu’on s’y retrouve peu ou prou. (Plutôt peu m’enfin)

Pour le reste, l’imagination s’égare et il faut être d’une grande prudence et humilité.

En dehors du monde militaire, toute la noblesse, d’épée ou de robe avait le droit de porter l’épée. Celle-ci était un signe distinctif de caste mais aussi, compte tenu des aléas de l’époque, bien évidemment un outil.

A la Cour ou plutôt dans les Cours, sa resplendissance permettait de faire le kéké et se la péter. Sur les chemins hasardeux du royaume et dans les venelles obscures elle permettait de repousser le faquin et autres cures bourses.

L’extraordinaire diversité des symboles, des devises que l’on observe sur ces lames laisse supposer, qu’au-delà des représentations de charges militaires ou civils, beaucoup devait customiser leurs lames avec quelques devises et autres fioritures bien personnelles et codifiés. Opinions religieuses, politiques, états d’âme, élans amoureux, maçonnes ( à partir du 18ème)etc.

Un petit côté jardin secret que ces lames d’épée également…N’oublions pas qu’elles étaient soigneusement rangées et occultés dans leurs fourreaux et que la lame pouvait être le reflet caché de l’âme (là, mon lyrisme m’étonne !)

On retrouve de ci de là la trace de pas mal de recueils de l’époque où sont décrits ces messages et symboles plus ou moins cryptés et lourds de sens ….pour les gens de l’époque qui avait la science et autres initiés.

Je vous mets le lien pour la lecture d’un de ces opuscules qui date de 1691

https://books.google.fr/books?id=dDaFKVT8IGsC&pg=PA17&lpg=PA17&dq=UN+ME+SUFFIT+devise&source=bl&ots=Ayc-uFcUMu&sig=ACfU3U3C5nLdhDc2hPwja5ve-YRSs1vnMg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiSq8PElbXoAhWLxYUKHZ-4Ax4Q6AEwAHoECAgQAQ#v=onepage&q=UN%20ME%20SUFFIT%20devise&f=false
 
Avec les plus extrêmes réserves d’usage, ayant bien conscience du côté très hasardeux de cette démarche, je me lance donc dans une tentative de lecture d’un de ces bouts de ferraille.

Celle du seigneur des Nato par exemple…

Pour ce qui est de la devise et de l’allégorie qui sont représentées sur la lame de l’homme aux sandows : « UN ME SUFFIT » (que l’on retrouve aussi en latin UNUM MIHI SUFFICIT) accompagnée d’un ange et de deux cœurs se consumant, suppliciés, sur un grill, il est difficile de se prononcer tant l’époque est lointaine (17ème) et la symbolique souvent cabalistique de l’époque extrêmement abondante.


On retrouve néanmoins la trace de cette devise et de cette symbolique sur certains traités de l’époque traitant des devises et symboles.

« UN ME SUFFIT » :  Dans le recueil « Devises et Emblèmes » de Daniel de la Feuille édité en 1691 on décrit cette devise et sa représentation : « un amour qui fait choix d’un cœur » :

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Mm10

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Img_3611

N’oublions pas que nous sommes vraisemblablement au 17ème et donc en plein dans le siècle de « l’amour galant » de « l’amour courtois » et des cartes du tendre et autres où tous les codes de cette galanterie, de cette « geste amoureuse » font l’objet de symboliques qui nous échappent aujourd’hui.

Il y naît également le conflit entre les libertins et l’église qui jouit encore de pouvoirs de justice qui entravent ces élans libertins précurseurs des élans libéraux…on a encore la hache et le bûcher assez facile.

Il est également possible que cette symbolique fasse référence à un fait divers tragique qui avait défrayé les chroniques du début du 17ème. Bon, je sais que Free va me trouver gonflé mais j’ose.

Le bon roi Henry iV, le « vert galant » qui avait dû culbuter tout ce qui portait jupon (pas de culotte à l’époque) dans le royaume avait dû valider la condamnation à mort d’un frère et d’une sœur soupçonnés et d’inceste et d’adultère (pour la sœur qui était mariée, la coquine !)

Une belle histoire immortalisée avec une symbolique qui nous évoque notre sujet, par une toile attribuée au peintre Mignard :

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Ravale11

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Ravale10

Ce tableau, « Marguerite et les amours », représente une châtelaine entourée d'angelots, mais n'en regardant qu'un, aux ailes rouge sang, et en susurrant : « un me suffit ».

Cette châtelaine n’est autre que Marguerite de Ravalet, l’incestueuse et infidèle bimbo de l’époque qui fut suppliciée avec son frère en place de Grève à Paris le 02 Décembre 1603.

Un historien de l'art en fait cette description : « Les amours qui s’offrent à la belle Ravalet dans le préau du château paternel sont aveugles ; un « Seul est clairvoyant(l’ange), mais il a les ailes ensanglantées, symbole de l’amour meurtri qui attend le frère et la sœur. De l’adorable bouche de l’aimante s’évade cette devise bien personnelle « un me suffit ». Nul n’est besoin d’appuyer sur ce dramatique et passionnel symbole. Ce n’est point sans raison non plus que l’artiste a mis un mouchoir à la main de Marguerite. Et l’on peut y voir une allusion au mouchoir dont elle voila ses yeux à l’heure suprême. »



Un petit résumé de leur vie (source Wiki) :
Julien de Ravalet naît en 1582 et Marguerite en 1586 au sein d'une famille qui compte onze frères et sœurs. Rapidement, leur complicité fraternelle se mue en relation incestueuse, qui contraint leurs parents à les séparer. Ils envoient Julien au collège de Coutances à treize ans. Trois ans plus tard, au retour de Julien, Marguerite est mariée à Jean Lefevre de Haupitois, plus âgé qu'elle de trente-deux ans, le 20 mars 1600 en l'église Notre-Dame de Tourlaville. Non noble, sa richesse provient de la charge de collecteur de l'impôt royal.
Son mariage n'est pas heureux et elle fuit le château conjugal, pour retrouver son frère. Ils se cachent à Fougères puis à Paris. Arrêtés le 8 septembre 1603, sur demande de Jean Lefevre, ils sont torturés, emprisonnés, jugés pour adultère et inceste, accusations qu'ils nient, et condamnés à la décapitation. Malgré une requête de grâce de leur père, ils sont exécutés le 2 décembre 1603 au matin, en place de Grève à Paris, après que Marguerite a accouché. Le roi aurait dit, selon le Journal du règne de Henry IV, Roi de France et de Navarre de Pierre de l'Estoile : « si la femme n'eût point été mariée il lui eût volontiers donné sa grâce, mais que l'étant il ne le pouvait ».
Ils sont enterrés dans l'église Saint-Jean-en-Grève, avec l'épitaphe : « Ci-gisent le frère et la sœur. Passant ne t'informe pas de la cause de leur mort, mais passe et prie Dieu pour leur âme. »
Après l'exécution, leur père et leur oncle, abbé de Tourlaville ou de Hambye, multiplient les actes de bienfaisance envers les pauvres et les dotations aux églises. Ainsi, Jean fait construire en 1625 un couvent de bénédictines au 17 rue au Fourdrey à Cherbourg, dont Charlotte de La Vigne, sœur de l'épouse de Jean, est la première abbesse. L'année suivante, la peste qui s'abat sur la ville atteint quelques sœurs et persuade les religieuses de s'établir, temporairement puis définitivement, à Valognes, dans le couvent qui prend le titre jusqu'en 1789 de « Notre-Dame-de-Protection »





Pour le mamamouchi …on verra plus tard. Peut-être allez chercher dans la politique française complexe du 17ème avec la Sublime Porte, la mode des « grandes turqueries » de Versailles et de la Cour, l’humiliation de notre bon Louis par un succédané d’ambassadeur et le théâtre de Molières, Monsieur Jourdain, etc…Forcément on va broder, m’enfin çà nous occupe et nous replonge dans l’Histoire…et le Lagarde et Michard.

https://www.youtube.com/watch?v=J9nrQ1glm7M
fcrozet
fcrozet

Messages : 122
Date d'inscription : 08/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par CLOSDELIF Sam 28 Mar - 17:25

Royal....ton texte est carrément royal ! Et peu me chaut qu'il soit totalement historique ou non drunken sunny Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1006196649


Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.
CLOSDELIF
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 7009
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 69
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par freebird Sam 28 Mar - 17:39

Très belle évocation d'un domaine au moins aussi opaque à nos entendements que le furent les hiéroglyphes...

En fait, si rien ne permet de rattacher directement cette lame et la famille de Ravalet (ce serait trop beau), j'ai rêvé en fouillant (à peine) les possibles significations des gravures que cette lame pouvait avoir été inspirée par cette histoire, contée en 1604 et 1619, et propre à alimenter tous les fantasmes. Si elle a inspiré un peintre, c'est surement que l'histoire avait eu son retentissement.

Mais la symbolique des cœurs sur le grill, d'un ange (cupidon) à côté et une légende jurant fidélité à l'être cher peut aussi avoir été commune et de ce fait avoir inspiré la peinture (le tout pour nous enduire d'erreur des siècles après, quelle fourberie)

L'intérêt principal, vu qu'on ne pourra être certain de rien, c'est de pouvoir extrapoler à peu près tout Very Happy , et grâce à ces lames plonger dans un siècle dont on (je) ne sais pas grand chose au final.

(on notera que, dans le rôle du barbon cocu par sa femme de 16 ans incestueuse, Jean Lefèvre n'était pas à son meilleur)
freebird
freebird
Modérateur

Messages : 2031
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par vidocq80 Dim 29 Mar - 9:08

Très beau texte, même si l'histoire est dramatique ... Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1006196649 Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 1470437998


Vidocq80

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Artima10Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 17996710Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Laucla10Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Fu_510
vidocq80
vidocq80
Old Timer

Messages : 3156
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 67
Localisation : HALLENCOURT 80

Revenir en haut Aller en bas

Une épée de cour du XVIIIe - Page 2 Empty Re: Une épée de cour du XVIIIe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum