La dynastie des ULRICH, graveurs chez Winchester pendant 80 ans de 1870 à 1949.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dynastie des ULRICH, graveurs chez Winchester pendant 80 ans de 1870 à 1949.

Message par Jeanghis le Ven 13 Oct - 22:42

J'ai déjà présenté le sujet sur Winchester for Life :
http://winchester-lsg.forumotion.com/t538-la-dynastie-des-ulrich-graveurs-chez-winchester-pendant-80-ans-de-1870-a-1949#8518
néanmoins je pens qu'il a tout aussi bien sa place dur Paléo.



Lorsqu’on évoque la gravure à la Winchester Repeating Arms Company (WRACo) on pense immédiatement « Ulrich » mais on n’est jamais vraiment sûr de son prénom et pour cause : cinq Ulrich on travaillé pour la Wraco de 1870 à 1949. Trois frères : Herman, Conrad et John Ulrich ainsi que deux de leurs fils : Leslie et Alden Ulrich.
Tous on également travaillé pour d’autres firmes telles que Colt, S&W, Spencer ou Marlin mais je ne relaterai ici que la chronologie simplifiée de leur activité chez Winchester, les dates elles-mêmes étant sujettes à contradiction selon l’ouvrage consulté.
Tout en fin de ce texte on trouvera un calendrier de présence des Ulrich chez les Winchester ainsi que quelques-unes de leurs œuvres et un portrait d’Herman et de John Ulrich (documents essentiellement extraits de « Winchester Repeating Arms Company Its History & Development From 1865 to 1981«  de Herbert G. Houze .  

En 1870, faisant suite à plusieurs  études de marketing,  la jeune WRACo décide de généraliser  les gravures d’usine en embauchant un graveur.
Malgré les consignes d’excellence préconisées par O.Winchester c’est un inconnu dans le domaine qui est recruté : Herman Leslie Ulrich qui malgré son jeune âge pour le métier (24 ans) voit ses compétences remarquées par la firme.  
Herman Ulrich est né à Mansbach, en Allemagne le 24 septembre 1846, et décédé en 1937.
Sa famille avait émigré en 1949 à New York puis à Hartford où le père Conrad Ulrich (1815-1891) trouva un emploi d’assembleur chez Colt.
Sans preuve absolue on pense qu’Herman y fit aussi son apprentissage en 1859 ou 1860.
En 1867 Herman s’établit comme graveur indépendant  à Hartford.

Le 29 juillet 1870 il est recruté par la WRACo où il débute à 32,5 cents de l’heure (environ 2 fois le salaire d’un forgeron et 3 fois celui d’un ouvrier non qualifié).
Herman n’est pas le premier Ulrich à travailler chez Winchester car son jeune frère John (1850-1924) y est déjà employé en qualité d’assembleur.

Pendant 8 mois Herman reste le seul graveur de la WRACo mais en raison de la forte hausse de la demande de gravure il fait appel à son frère ainé Conrad Friedrich Urlrich (1844-1925) intégré en 1871.

L’arrivée de Conrad entraîne quelques changements importants qu’Herman n’avait pas forcément envisagés.
En effet Conrad le remplaçe en qualité de chef graveur et leur plus jeune frère John est transféré de l’assemblage à la gravure. De plus Conrad accorde un salaire horaire de 33,5 cents tout en maintenant celui d’Herman limité à 32,5 cents.
Puis les comptes de l’entreprise indiquent que les salaires versés à Conrad diminuent et ce dernier quitte la WRACO en 1874. Toutefois  lors du dernier quart du 19ème siècle il continuera à graver des Winchester en tant qu’indépendant.
Du 1er avril 1874 jusqu'au 22 mai 1875 Herman Ulrich reprend alors la direction de l’atelier de gravure.

Bien qu’il existe une similitude entre les travaux des 3 frères Herman, Conrad et John, en partie due à leur apprentissage commun, on constate des différences marquées qui permettent de les différencier.
La gravure d’Herman donne une illusion de profondeur restée inégalée par Conrad ou John.
Herman a également introduit avec une grande maîtrise un art figuratif, des portraits,  animaux  ou scènes de chasse alternés  avec des formes géométriques ou architecturales.
Il se distingue par sa connaissance de l'anatomie et de l'utilisation de l'ombre et de la profondeur.

Conrad, même s’il a un talent exceptionnel, ne parvient pas dans sa gravure à égaler l’aspect tridimensionnel et la profondeur ni l’effet d’animation atteints par son frère Herman.

John offre une prestation encore plus éloignée de celle d’Herman et moins élaborée que celle de Conrad.  Son travail manque d’imagination et paraît forcé. Ses gravures sont parfois mal dessinées et manquent de dimensionnalité.
Bien qu’ayant apporté quelque amélioration à son travail au fil des années il n’a jamais pu égaler ses frères.
Il est pourtant aujourd’hui reconnu pour être un des meilleurs graveurs, sans doute à cause de la quantité importante de travail qu’il a fourni notamment entre 1886 et 1914.
On lui doit tout de même le fameux logo qui orne le boîtier du fusil 1887 :



Un des problèmes majeurs était aussi que les frères Ulrich avaient l’habitude de signer  les gravures mêmes s’ils n’en étaient pas directement l’auteur. Il était d’usage à l’époque que le responsable d’un atelier signe de son nom une œuvre réalisée par un des ses assistants ou collaborateurs. Conrad, en sa qualité de chef de l’atelier gravure de Winchester,  le pratiqua, signa donc pour ses frères, dans la période 1871-1874.
A contrario le contrat des graveurs Winchester leur interdisait d’y apposer leur signature sauf en cas de commandes privée en dehors de l’entreprise.
On constate donc une multitude combinaisons sur la signature des œuvres et seuls des connaisseurs éclairés sont en mesure d’en reconnaître l’auteur, parfois allant à l’encontre de la signature.

Notons que les graveurs étaient aussi responsables des rouleaux de marquage, notamment sur les canons.
Dans  un cas particulier de modification du rouleau, lorsqu’en 1919 Winchester, pour rafraichir les noms des modèles, passa de 4 à 2 digits, John Ulrich modifia le rouleau du « Model 1895 » pour n’inscrire que  « Model   95 » sur le canon.


En 1875 alors que son frère Conrad continue à diriger l’atelier gravure de Winchester, Herman, ayant économisé assez d’argent,  quitte l’entreprise pour travailler un peu pour Colt puis enfin se consacrer à sa véritable ambition : la finance.
En 1880 il fonde la H.L. Ulrich & Company  et déménage à Brooklyn.

Il y accumule une fortune considérable mais en 1889, après avoir contracté une grave « maladie pulmonaire » il prend sa retraite, vend son siège de Brooklyn et s’installe de nouveau à Hartford pour reprendre une activité contractuelle avec Colt.

Nous avons vu que John Ulrich était le moins performant des 3 frères il a cependant signé un nombre considérable d’œuvres. Il a été démontré que certaines d’entre elles, de grande qualité, ne furent pas réalisées par lui mais par William Stokes , graveur chez Winchester depuis 1885.
William Stokes a notamment réalisé en 1886 le modèle 1873 rifle numéro de série 206057 pour le général Porfirio Diaz, président du Mexique et dont la gravure fut attribuée à tort à John Ulrich.

Il est probable que les mauvaises prestations de John Ulrich largement avérées en 1896 ont conduit  Thomas G. Bennett à rappeler Herman Ulrich à son service.
En tout état de cause Herman rejoint de nouveau la WRACo en 1897.

Le problème de l'identification des gravures devient alors encore plus  flou.
On constate cependant des différences suffisantes dans le style de chacun des frères Ulrich et de Stokes pour permettre leur identification avec un haut degré de certitude.

Dès 1897 Herman Ulrich fut chargé se superviser  le contenu artistique de la gravure, assisté de William E. Stokes. Le résultat de cette collaboration a été le « Winchester Repeating Arms Company’s
1897 Highly Embellished Arms » qui doit être considéré comme la plus grande contribution de Stokes
au développement de Winchester.



La publication de ce catalogue aurait dû apporter à William Stokes la reconnaissance de ses capacités.
Encore une fois ce fut John Ulrich qui, signant les œuvres produites sous sa supervision en sa qualité de chef de l’atelier de gravure, devait en être le bénéficiaire auprès du public.
Cette activité a finalement été portée à l'attention de la direction de l'entreprise et T.G. Bennett réorganisa l’atelier de gravure pour la deuxième fois.

Le 1er septembre 1904, Bennett fusionna le bureau indépendant de conception de gravure (qui comprenait seulement Herman Ulrich) avec la boutique de gravure pour créer le laboratoire de création et de gravure communément appelé le « design lab ».
Herman Ulrich, 58 ans, en fut nommé surintendant
Le même jour Bennett signifia par écrit que toute signature individuelle d’une gravure était proscrite et que les outils de gravure correspondants devaient être expressément remis à la direction.
Une exception fut faite pour les armes destinées à être offertes à des personnalités ou exposées en vitrine.

En 1907 John Urlrich, 57 ans, prend sa retraite et son second fils Leslie Borden Ulrich (1888-1966) intègre la WRACo. On a peu d’exemple de son travail, il se contenta sans doute d’appliquer les  références du catalogue de 1897 élaboré par son oncle Herman Ulrich et William Stokes avant de quitter l’entreprise fin 1915.

Avec l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale en avril 1917, la WRACo ferme son « Design Lab » et transfère ses employés à des tâches de production de guerre.
Seize mois plus tard il était de nouveau opérationnel pour plus de deux décennies mais alors que l’atelier comportait  naguère au moins 6 graveurs il n’en restait plus qu’un : Alden George Ulrich (1888-1949)  fils de Conrad qui intègre l’entreprise en 1920.

En effet presque immédiatement après la Première Guerre mondiale un nouveau style d'art a commencé à influer sur toutes les productions artistiques tendant vers une simplicité plus austère.
Le Design Lab n'était donc pas frappé en raison de la qualité du travail produit mais plutôt à cause d'un changement radical dans les goûts des consommateurs.

Avec l’avènement de la période « moderne » disparaissaient les motifs complexes et autres entrelacs. Alden Ulrich s’adaptera aux nouvelles tendances vers un style plus dépouillé. La demande reste toutefois très faible : en 1927 seulement 26 armes ont été gravées par Winchester.

Puis la période « moderne  dépouillé » s’estompa après le crack financier de 1929, Winchester chargea Alden Ulrich de créer 4 niveaux de gravures pour le fusil model 21, correspondant évidemment à une gamme de prix proportionnelle.
La production fut cependant faible et la WRACo en difficulté opéra des diminutions drastiques à tous niveaux (emplois, salaires, coût d’exploitation, publicité..) puis finit par être rachetée en 1931 par la famille Olin qui apporta les capitaux nécessaires  au redémarrage de l’entreprise.
Le fait que John M. Olin soit passionné par le Model 21 relança indirectement l’activité d’Alden Ulrich qui se vit confier l’étude et la réalisation de nombreux motifs.
Ce fut pour lui le début d’une ère prospère pendant laquelle il put développer son talent  notamment auprès d’acheteurs fortunés ou célèbres.

Pendant ces années Olin fit également appel à Rudolph J. Kornbrath en tant qu’indépendant.
Il semble qu’il n’y eu pas de rivalité entre Kornbrath et Alden Ulrich, et que les deux hommes se respectant mutuellement échangeaient même leur coup de crayon.
Cette coopération fut même matérialisée dans un catalogue de gravures et incrustations sur mesures réalisées par les deux hommes et édité par Winchester en 1935.

En 1936 Rudolph J. Kornbrath est atteint d’une maladie cardio-vasculaire et Alden Ulrich embauche comme assistant  John Kusmit.

L'une des dernières œuvres majeures d'Alden Ulrich devait être la carabine modèle 1894 numéro 1.500.000 qui a été offerte au président Harry S. Truman en mai 1948 par John M. Olin.

La contribution durable d'Alden Ulrich à la firme Winchester fut entre autres la création d’un ensemble normalisé de motifs de gravure qui furent appliqués sur les model 12,21 et 70.

Le 18 octobre 1949 Alden G. Ulrich est victime d’une mort subite. Il est le dernier représentant de la dynastie des Ulrich, graveurs pendant près de 80 années (1870-1949) chez Winchester.
Il est remplacé par son ancien élève John Kusmit qui engage son frère cadet, Nick Kusmit, l’année suivante.
Les Kusmit perpétueront les traditions établies par Alder G. Ulrich jusqu'à leur départ en retraite en 1981, année de la disparition de la Winchester Repeating Arms Company  (WRACo) au profit de la US Repeating Arms Company (USRAC), le nom de Winchester restant toujours sous licence Olin .



Herman Ulrich (1889) 43 ans


John Ulrich (entre 1870 et 1875) env. 23 ans


Gravures Herman Ulrich:









Gravures Conrad Ulrich:








Gravures John Ulrich :







Wincheter 1892 d'Annie Oakley, gravures de John Ulrich et de William E. Stokes





Gravures William E. Stokes :





Gravures Alden Ulrich :





Bibliographie :
Winchester Repeating Arms Company Its History & Development From 1865 to 1981.Houze
A Legacy in Arms: American Firearm Manufacture, Design, and Artistry, 1800–1900.  Richard C. Rattenbury
Blue Book of Gun Values. Fjestad
avatar
Jeanghis
Administrateur

Messages : 1122
Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 65
Localisation : Ain/Jura/Winchester

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynastie des ULRICH, graveurs chez Winchester pendant 80 ans de 1870 à 1949.

Message par 3008nato le Sam 11 Nov - 13:10

salut clos. et merci ....
tu nous fais voyager dans la stratosphère avec tes recherches ....si je t'avais connu , avec  jeanghis ......il y a 30ans ...(ne fantasmez pas tous les deux ???  ) je pourrais vous en montrer une gravée par ce génie du burin !!  (bien que comme Boutet ou Lepage  )  il ne devait pas travailler seul et la nuit comme  "Michel-Ange "

3008nato

Messages : 375
Date d'inscription : 14/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynastie des ULRICH, graveurs chez Winchester pendant 80 ans de 1870 à 1949.

Message par CLOSDELIF le Sam 11 Nov - 13:15

Heu, non, là c'est le contraire: ce magnifique travail est l’œuvre de Jeanghis, dont je suis, comme toi, un fervent zélateur....


Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam.
avatar
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 2254
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 65
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynastie des ULRICH, graveurs chez Winchester pendant 80 ans de 1870 à 1949.

Message par 3008nato le Sam 11 Nov - 16:59

zélateur toi même ....non mais !!

3008nato

Messages : 375
Date d'inscription : 14/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynastie des ULRICH, graveurs chez Winchester pendant 80 ans de 1870 à 1949.

Message par Jeanghis le Sam 11 Nov - 17:15

Encore une fois ce sont les impérialistes qui récoltent les dividendes et s'en félicitent entre eux au mépris de la sueur du peuple laborieux.
avatar
Jeanghis
Administrateur

Messages : 1122
Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 65
Localisation : Ain/Jura/Winchester

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynastie des ULRICH, graveurs chez Winchester pendant 80 ans de 1870 à 1949.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum