Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par GM15PX le Ven 15 Jan - 9:19

Un chouia de Culture pour commencer : sarbacane se dit en indonésien Sumpit, et Sipet au Kalimantan.
Le Kalimantan est la partie sud, indonésienne, de Bornéo (les ¾ en superficie de l’île). La partie nord est partagée entre Sarawak (Malaisie) et Brunei (sultanat indépendant).
 
J’ai eu l’occasion de travailler au Kalbar (abréviation indonésienne de Kalimantan Barat, à l’ouest) au début des années 70 du siècle dernier. C’était avant la déforestation, et il y avait encore des villages en "long houses", en amont des rivières. Les Dayaks  y re-découvraient les occidentaux, après les pasteurs coloniaux hollandais des années 30-40. Pour les atteindre : bateau à moteur, pirogue et pas mal de marche à pied.
Il paraît que ça a BEAUCOUP changé !
 
En fait les sarbacanes locales, ça pique, même non chargées :  ce sont aussi des lances (multifonctions quoi).
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
(Pas terrible comme photo, mais ça ne rentre pas sur un banc, et dehors il neigeait.)
 
Fiche technique :
Longueur : de 1,8 à 2,3m au total pour celles que j’ai rapporté. Il en existe de plus longues (2,50m+).
Diamètres embouchure : de 25 à 36mm, pour 22 à 28mm en sortie (je n’emploie pas le terme de bouche, ça prête à confusion !).
Poids total : 1,3 à 1,8kg .C’est très lourd à maintenir en position de tir, surtout avec le poids du fer de lance tout au bout !
Calibre : 9 à 13mm.  Forage lisse, parfaitement cylindrique.
Portée utile : 25 à 40m selon l’angle, et la capacité des joues du tireur.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Le viseur est en fer forgé, de forme variable. Non réglable, dommage.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
La pointe de lance : ligaturée avec du rotin (c’est très solide), plus ou moins large et travaillée.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Je n’en ai pas vu en Damas, comme les Kriss malais, mais ça existe peut-être.
 
Donc matières utilisées : bois de fer de Belian, fer forgé, rotin. Rien d’autre. Le fer est la seule matière que  les Dayaks achetaient aux Malais de la cote.
 
Age ??? Le rotin était refait régulièrement, le bois était raccourci à l’embouchure quand la salive l’avait trop attaqué, et le fer probablement repris à chaque changement de bois. Donc fer très vieux.
 
Les flèches (anak sumpit, l’enfant de la sarbacane) sont transportées dans un carquois fait dans un segment de gros "tronc" de bambou, et porté à la ceinture.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Chaque flèche complète et prête à tirer a droit à son étui de bambou individuel, mais pour gagner de la place des tiges de flèches sans empennage sont aussi transportées en vrac dans le carquois. Les empennages correspondants, déjà taillées, sont conservés à part dans un gros fruit sec, fermé par un couvercle. De quoi chasser pendant des jours (mais il y avait pas mal de gibier de perdu).
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Les machins noirs sont des gabarits de taille des empennages, au calibre de chaque sarbacane. Ces empennages sont fabriqués en une sorte de balsa - ou de moelle de sureau - très léger. La taille était réalisée sans beaucoup de soins. Aucune recherche de calibrage précis au 1/100me de mm comme aujourd’hui pour nos balles !
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Le corps des flèches est en bois très dur et dense. Cette tige (ou hampe) est le plus souvent rectiligne, d’un seul "trait", seulement pointue à son extrémité. Seules les flèches empoisonnées destinées au gros gibier ont une pointe rapportée, un triangle de bois très dur, en lance.
 
Les flèches destinées à la chasse sont le plus souvent empoisonnées. Le poison est une sorte de strychnine, et il est extrait de la sève d’un arbre. Je m’étais procuré (pas gratuitement !) un noyau, comme indice pour le trouver dans la forêt, mais je n’étais pas sûr de l’affaire. On me l’a volé, preuve que c’était du sérieux.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sur la flèche du bas le dépôt de poison séché est en partie cassé et manquant. Il y en avait assez pour un très gros animal !
 
Il paraît qu’une flèche empoisonnée bien placée tuait un homme en moins d’1/4 d’heure. Il fallait attendre un peu plus pour les petits cerfs locaux ou les ours grimpeurs (et les suivre !). Je n’ai pas testé.
Les animaux tués pouvaient ensuite être ingérés et digérés sans problème : c’est plus sain qu’avec des plombs de chasse.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
A cette distance, je suis sûr de le toucher, et CLOSDELIF pourra tester du  bourret de Salers empoisonné, miam !
 
J’ai trouvé ces sarbacanes dans des villages Dayac très reculés. Elles y étaient utilisées, dans ces années 70 du siècle dernier,  uniquement sur des oiseaux, ou en tir de loisir sur des lézards de type gecko. J’ai essayé : à 10 ou 15m on "épingle" les bestioles presque à chaque fois. C’est mal, je sais, mais il y a prescription.
 
Déjà à l’époque, les seuls utilisateurs désignés pour la chasse au gros gibier étaient les Punans (ethnie encore nomade). Mais ils étaient TRES discrets, et je n’en ai jamais rencontré.
Les anciens chasseurs soufflaient avec les joues, ce qui les déformaient (je n’ai vu que des photos, mais c’est impressionnant).
 
Méthode de fabrication du tube (au conditionnel) :
Une longue mèche rudimentaire (tige taillée en biseau) est fixée parfaitement verticalement dans le sol. Un rondin de bois de fer de 10cm de diamètre, et plus de 2m de long, est placé au-dessus, suspendu de très haut (10 à 20m) par du rotin. Le perçage est fait en tournant à la main le rondin sur lui-même, et en le faisant descendre progressivement sur la mèche. Les copeaux s’évacuent par gravité. C’est très long !
Ensuite on taille le rondin autour du trou. C’est encore long !
 
Autre objet du même coin :
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 
Un mandau, version de "cérémonie" de l’indispensable machette.
 
Pour aller plus loin sur les sarbacanes :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Ou pour ceux qui ne sont vraiment pas doués pour les langues :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

GM15PX

Messages : 5
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 68
Localisation : Pays de la Salers

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par Corto Maltese le Ven 15 Jan - 10:02

Voilà un thème peu banal et très intéressant!!

Je ne connais le "bois de fer" que par des lectures qui le présentent comme un bois très dur, mais je n'en ai jamais vu. Pour en faire un "canon" d'une telle longueur, qui soit utilisable durablement sans se fendre, il doit avoir une structure vraiment particulière...



Bienheureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière (Audiard)
avatar
Corto Maltese
Administrateur

Messages : 977
Date d'inscription : 04/01/2015
Age : 53
Localisation : 78 - 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par Zouaverifle le Ven 15 Jan - 10:14

Super post et très belles pieces !
Sympa comme collection !!! J'aime bien la machette de cérémonie !

ZR


Tout a été déjà dit. Mais comme personne n'écoute, il faut sans cesse recommencer.
Qui peut dire comme il brule, est dans un petit feu !
Garder le souvenir les choses qui auraient pu se passer.
Pas de couilles, pas de gloire !

je suis Charlie
UFA MEMBER
avatar
Zouaverifle
Administrateur

Messages : 1789
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 53
Localisation : Rhone Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par Hiram62 le Sam 16 Jan - 17:27

Zouaverifle a écrit:Super post et très belles pieces !
Sympa comme collection !!! J'aime bien la machette de cérémonie !

ZR

peut-être a-t-elle déjà coupé quelques têtes.... affraid
surtout que les dayaks n'ont pas la réputation d'être des comiques !!!! Suspect

Hiram62

Messages : 150
Date d'inscription : 07/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par Winchester 1866 le Sam 16 Jan - 18:17

Intéressant comme arme. le moyen de perçage dont tu parles, est-il le seul moyen ou existe-t-il d'autre systèmes ?

Sur une sarbacane on voit comme un plan de joint qui laisse à penser que la pièce a été faite en deux parties ...
avatar
Winchester 1866
Fondateur

Messages : 1930
Date d'inscription : 02/01/2015
Age : 68
Localisation : Ile de France

http://prehistoire-xixeme.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par 3008nato le Sam 16 Jan - 18:27

superbe !
à la 3eme lecture je découvre qu'elles sont munies de guidons de visée ...

3008nato

Messages : 189
Date d'inscription : 14/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par CLOSDELIF le Sam 16 Jan - 20:53

Magnifique article dans un style alerte....On a envie de s'y mettre !
tout ça m'a donné faim, je reprendrai bien un peu de Salers.... bounce
avatar
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 1351
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 65
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par GM15PX le Sam 16 Jan - 20:57

Je vais essayer de répondre à tous.
 
Pour la fabrication, j’ai bien mis "au conditionnel". Les Dayaks que j’ai pu interroger parlaient très mal l’indonésien moderne (et moi aussi, surtout à l’époque !). Un dialogue technique était difficile. La méthode décrite a donc une part d’interprétation. Mais elle me paraît possible avec le peu de moyens  disponibles.
 
Toutes les sarbacanes que j’ai pu voir sont bien faites d’une seule pièce. Le "plan de  joint" sur la photo des embouchures est en fait une fissure dans le bois. Le bois, même "de fer", a un peu travaillé, ce qui est un peu normal vu la différence de climats. Ce bois est effectivement TRES dur, et relativement stable. Sur les 4 ramenées 2 ne sont même pas voilées, malgré des conditions de stockage en France pas toujours parfaites, à ma grande honte !
 
Les Dayaks avaient en effet une réputation de coupeurs et réducteurs de tête. Mais le mandau en photo est plus un objet de cérémonie (plus ou moins religieuse) qu’un outil ou une arme utilitaire. Celui-ci avait paraît-il le "mauvais oeil", et c’est pourquoi j’ai pu l’échanger contre quelques médicaments.



Pour CLOSDELIF : un peu de liqueur de Salers (Gentiane) ou de viande de Salers ? 

GM15PX

Messages : 5
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 68
Localisation : Pays de la Salers

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par CLOSDELIF le Sam 16 Jan - 21:06

Merci pour ces nouvelles précisions....Pour la Salers, j'aime les deux options....Avec un plus tout de même pour la viande (Bien que j'adore les vaches vivantes)
J'ai eu l'occasion de survoler la région il y a peu : Beau temps, vision magique !
avatar
CLOSDELIF
Administrateur

Messages : 1351
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 65
Localisation : Tarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arme intemporelle : la sarbacane des Dayaks.

Message par Winchester 1866 le Sam 16 Jan - 21:38

Merci pour ces infos précises
avatar
Winchester 1866
Fondateur

Messages : 1930
Date d'inscription : 02/01/2015
Age : 68
Localisation : Ile de France

http://prehistoire-xixeme.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum