caprice de vieux...chars radio commandes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par Zouaverifle le Lun 20 Avr - 16:00

bonjour a tous

rien a voir avec l'esprit du forum mais destine aux grands enfants...

commande et reçu il y a plusieurs semaines, je me suis décidé a "updater" mon Sherman RC 1/16 histoire qu'il porte quelques stigmates d'une utilisation terrain.

rien de terrible car je veux le garder quasi d'origine pour pouvoir jouer avec ainsi que mon fils de 6 ans (ce qui n'est pas les cas du PZ IV un peu trop "maquetise" par moi et complique a utiliser car fragile)

voila les 2 engins !
le Sherman est macule de boue (en train de sécher a vraie dire...) et l'équipage a pris soin de foncer les étoiles de tourelle afin de ne pas offrir une cible trop voyante !









ZR


Tout a été déjà dit. Mais comme personne n'écoute, il faut sans cesse recommencer.
Qui peut dire comme il brule, est dans un petit feu !
Garder le souvenir les choses qui auraient pu se passer.
Pas de couilles, pas de gloire !

je suis Charlie
UFA MEMBER
avatar
Zouaverifle

Messages : 1792
Date d'inscription : 03/01/2015
Age : 53
Localisation : Rhone Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par Winchester 1866 le Lun 20 Avr - 18:08

Histoire d'un char Français FT 17

Deux mille ans avant J.-C., des chars de guerre ont été utilisés entre autres par les Egyptiens. C’était des plates-formes mobiles qui permettaient aux soldats équipés d’arcs de pouvoir tirer leurs flèches protégés par un toit.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/290]

Les éléphants d’Hannibal n’étaient-ils pas aussi les prémisses du char de combat capable d’impressionner, de terroriser et d’écraser tout sur son passage ?
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/291]

On retrouvera, également, le concept du char de combat au Moyen-âge puis en 1484 où, Léonard de Vinci en imaginera un et le dessinera.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/292]

L’idée poursuivra son chemin avec l’arrivée de l’ère industrielle et c’est en Angleterre en 1885 que James Cowen déposera le premier brevet pour un véhicule blindé sur la base d’un tracteur à vapeur.
En France, c’est au Colonel, , artilleur et ingénieur sorti de Polytechnique en 1882, que nous lui devons son développement et sa réalisation. Estienne fut surnommé le « père des chars », et sera élevé au grade de Général. Il œuvra pour réaliser l’objectif fixé qui était de pouvoir fabriquer un véhicule capable de franchir un fossé de 1,5 mètre de large et un réseau de barbelés. Ce véhicule devait de plus transporter un canon ou une mitrailleuse. Cette ambition, pu se concrétiser lorsqu’aux Etats Unis en 1906 Benjamin Holt mit en application, sur un tracteur agricole, l’invention de David Robert. Cette invention, « la chenille », avait été créée initialement pour répartir le poids, sur une grande surface, de lourds véhicules devant se déplacer sur des terrains boueux. En 1915 le premier canon de 75 fut monté sur le tracteur à chenilles américain. Le principe du char français était né il lui donna le nom d’artillerie d’assaut.
A la même époque, les Anglais mirent au point en septembre 1915 un engin blindé similaire le « Little Willie » qui sera suivi par un second modèle le « Big Willie ». Cent véhicules du type Mark I seront fabriqués en février 1916.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/293]

Certains franchiront la manche dans la plus grande discrétion pour participer aux combats le 15 septembre 1916 à Flers-Courcelette dans la somme. La France, en Août 1916, par l’intermédiaire du Général Estienne, avait pourtant tenté de convaincre sans succès (heureusement) les Britanniques de n'employer leurs chars que lorsque ceux des Français seraient prêts.

Le Général Estienne avait une autre vision du char de combat et avait négocié avec Louis Renault la construction d’un char léger. Il est évident que cette décision d’engager des pourparlers avec nos alliés anglais était une décision politique et économique. Elle ne tenait pas compte des besoins immédiats sur le terrain pour venir en aides à nos soldats qui mouraient dans des combats sans espoirs. Ils avaient besoin de ces chars même s’ils ne le savaient pas encore car c’était une redoutable arme secrète.
Pour l’expédition en France des Mark I anglais, afin de tromper les Allemands, les containers qui les transportaient étaient marqués « Tank » (ce qui veut dire « réservoir » en Anglais) ce nom leur restera. Ce sera la première fois qu’un véhicule blindé lourd apparaîtra sur la ligne de front. La fierté du commandement militaire français en prit un coup.
Les véhicules légers blindés étaient connus dès 1902. Lors de l’exposition de voitures de Paris, la Société Française Charron, Girardot présenta un véhicule blindé de 3 tonnes la Voight automitrailleuse. Construit sur la base d’une voiture de tourisme elle était capable de se déplacer à 40 Km/h et était équipé d’une tourelle munie d’une mitrailleuse Vickers. Son blindage était constitué de plaques d’acier au nickel d’une épaisseur de 6 mm. Malgré un avis favorable des observateurs militaires présents sur le salon, ce concept restera au stade de prototype car sont coût fut jugé prohibitif. A la même époque l’Autriche présentait, elle aussi, une automitrailleuse Daimler qui fut également refusée.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/294]

IL est vrai qu’il n’y avait pas urgence, nous n’étions pas encore à la veille de la Grande Guerre qui sera l’élément déclencheur mais tardif pour la modernisation de l’armement.
Afin de combler rapidement son retard la France travaillait aussi sur l’élaboration d’un char de combat en attendant le char Renault. Le premier véhicule blindé opérationnel, digne de ce nom était le « Char casemate » proposé par les établissements Schneider le CA1.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/295]

D’un poids de 13 tonnes, il se déplaçait à 8 km/h, et était équipé d’un obusier de 75 mm. Dans une casemate latérale il y avait deux mitrailleuses Hotchkiss. Une commande de 400 chars fut passée en février 1916. Ils ne subiront le baptême du feu que le 16 avril 1917 à Berry au Bac. Ces chars étaient trop lourds et peu maniables. Ils étaient dans l’incapacité à franchir de gros obstacles. Ces défauts était connus avant l’engagement du 16 avril. Est-ce pour ne pas laisser le monopole aux tanks britanniques que l’état major fit la sourde oreille ? Toujours est-il que 40% des chars engagés furent détruits.
Les Mark IV du « Tank Corps britannique » gardaient leur supériorité. Leur effectif passa à près de 400 pour la bataille de Cambrais le 20 novembre 1917.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/296]

Toujours à la même époque, et au même moment, un autre char français tenta de s’imposer. Il était né de la rivalité de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d'Homécourt - F.A.M.H. à Saint-Chamond et de Schneider.  Ces deux sociétés auraient dû fabriquer le même char et répondre ensemble à la commande de 400 unités. Chacun voulait y apporter son amélioration personnelle. Pour F.A.M.H., le soldat Pierre Lescure modifia le poste de combat, le Lieutenant Fouché améliora la suspension pour un meilleur comportement en tout terrain. Chez Schneider l’ingénieur en chef Eugène Brillé refusa ces modifications et repris la forme général du char en y intégrant une queue de son invention pour faciliter les franchissements de fossés.
Il s’en suivi des problèmes de partage de royalties concernant les brevets. Dès lors, le contrat fut rompu et la F.A.M.H. usa de son influence auprès du gouvernement pour faire modifier le cahier des charges en imposant un canon long de 75. Cela lui permettait de fabriquer son propre modèle. Le premier char Saint-Chamond fut présenté en septembre 1916.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/297]

De son coté le Général Estienne n’était pas resté inactif. Il établit conjointement avec Renault et son adjoint de Boulogne Billancourt Monsieur Serre le cahier des charges de ce qui sera le future FT 17 Renault.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/299]

Il devra être rapide, souple avec des chenilles performantes, d’une conduite facile avec le personnel de bord isolé du groupe motopropulseur par une cloison anti feu. La ventilation intérieure devra être énergique. Son poids devra être inférieur à six tonnes et son équipage réduit à deux hommes.
Pour répondre à cette demande, la firme de Billancourt eut une idée forte innovante. Le char sera construit autour d’un moteur et de ses chenilles. Viendra ensuite une caisse blindée qui s’adaptera à cet ensemble avec une tourelle pouvant pivoter sur 360°. La première maquette est présentée en octobre 1916 et 50 chars seront commandés.
[url=[url=http://www.servimg.com/view/19104487/300]

Ces chars devaient être livrés en trois mois mais suite à des problèmes, liés à l’armée et à l’administration, d’ordre en contre ordre, il faudra attendre le 17 mars 1917 pour les premiers essais au camp de Champlieu. A la suite de ces essais concluants, une première commande de 1 000 chars FT 17 sera passée. Les délais, une nouvelle fois, ne furent pas respectés. Il y eut des problèmes de livraisons de tôles d’acier en provenance d’Angleterre ainsi que de la sous-traitance des établissements FICHET qui devaient produire les carcasses. Les difficultés s’aggravèrent avec une nouvelle commande de 3 500 pièces le 20 juin 1917. Pour satisfaire aux commandes elles furent réparties entre plusieurs constructeurs automobiles : 1850 pour Renault, 800 pour Berliet, 600 pour Schneider, 280 pour Delaunay Belleville.
Lors des premières livraisons, les chars n’étaient pas opérationnels car l’armement n’avait pas été commandé. Ce n’est que le 5 juillet 1917 qu’une première commande de 600 canons de 37 mm fut passée. Suivra une seconde de cent puis une troisième de 1 300 le 5 octobre 1917. Problème d’argent ou volonté de freiner le projet ?
Lors de la grande offensive allemande du 21 mars 1918, il n’y avait que 182 chars FT 17 de livrés. Le 11 novembre 1918 seuls 3 177 Renault FT 17 tous armés du canon ou de la mitrailleuse ont été livrés sur 4 000 de commandés. La qualité n’était pas à la hauteur des attentes, la commission de réception en refusa plus de 250.
Du 31 mai 1918 au 11 novembre 1918 les chars Renault FT 17 prirent part à 3 293 engagements et 440 chars furent détruits.
Nota : toutes les quantités énoncées peuvent être soumises à cautions car selon les sources ces chiffres varient mais restent dans la même proportion.
avatar
Winchester 1866
Fondateur

Messages : 1930
Date d'inscription : 02/01/2015
Age : 68
Localisation : Ile de France

http://prehistoire-xixeme.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par bbrmque le Sam 25 Avr - 17:37

J'en ai encore appris beaucoup aujourd'hui, merci messieurs !


Bébert.
Membre UFA et UNPACT
avatar
bbrmque
Old Timer

Messages : 244
Date d'inscription : 04/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par cromagnon 07 le Mar 28 Avr - 22:38

hello
vu sous cet angle c'est une histoire triste mais passionnante .
mais pour en revenir aux maquettes de chars télécommandés , j'ai assisté une fois a une séance de très beaux char a une bourse aux armes a la Valbonne et j'ai bien apprécié . je suis aussi un gosse qui aurait apprécié ces jouets Very Happy .
amicalement
cro


Les hommes de l'age de bierre habitent des tavernes


ni dieu ni maitre
avatar
cromagnon 07
Old Timer

Messages : 809
Date d'inscription : 07/01/2015
Age : 58
Localisation : ardèche

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par Hiram62 le Mer 29 Avr - 20:23

encore un bien beau sujet bien développé, et bien détaillé, un copain a visité le musée de Saumur, il m'a dit que c'était top !  What a Face
le lien :
http://www.ot-saumur.fr/MUSEE-DES-BLINDES-DE-SAUMUR_a758.html


une question : je me demandes si sur les premiers chars Marck il n'y avait pas deux roues supplémentaires sur un essieu additionnel à l'arrière pour les aider à franchir les obstacles...  clown  
en plus la première bataille a eu lieu à moins de 50 km de chez moi (faut dire que je suis "gâté" par les lieux de mémoire de 14/18) : Lorette "premier cimetière militaire de France" : au bout de mon jardin et j'y travailles au pied de la colline, Vimy : j'y passe souvent (à quinze bornes) et il y a deux jours, je suis encore passé devant le monument indien de "la Bombe"...visité récemment par le premier ministre indien....faut dire que "chez nous" chaque cimetière à son carré militaire : Français, anglais et Alliés..et je ne parles pas des cimetières anglais au milieu de nulle part !
il en est tombé des pauvres gamins "din min coin"  pirat


.





Poster une réponse

Hiram62

Messages : 150
Date d'inscription : 07/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par Winchester 1866 le Mer 29 Avr - 20:39

Oui il y en a eu avec et sans probablement au début
http://etc.usf.edu/ClipArt/77200/77216/77216_mark1_tank.htm
http://www.the-blueprints.com/blueprints/tanks/tanks-ma-mz/25791/view/mark_i_tank_ww_i/
avatar
Winchester 1866
Fondateur

Messages : 1930
Date d'inscription : 02/01/2015
Age : 68
Localisation : Ile de France

http://prehistoire-xixeme.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par Richelieu le Dim 3 Mai - 19:22

Je pense que ça devait les aider a modifier leur trajectoire.
avatar
Richelieu

Messages : 43
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 80
Localisation : Cote d'Emeraude (22)

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par Hiram62 le Dim 3 Mai - 20:19

Richelieu a écrit:Je pense que ça devait les aider a modifier leur trajectoire.

Dé mémoire, d'aprés une lecture ancienne : au départ, les concepteurs utilisant les roues supplémentaires pensaient que cet ajout aiderait les tanks a franchir les larges fossés,  mais le mieux étant l'ennemi du bien il se sont aperçus assez vite que c'était plutôt une gène car les roues accumulaient les débris (barbelés..) et  freinaient l'avance des engins d'où leur suppression... pirat

Hiram62

Messages : 150
Date d'inscription : 07/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par manitou le Lun 4 Mai - 17:23

http://www.dailymotion.com/video/x13bgfl_biathlon-de-char-d-assaut-en-russie_news

c est pas meme budjet .....
mais Basketball
avatar
manitou

Messages : 152
Date d'inscription : 09/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par vidocq80 le Lun 4 Mai - 18:07

Salut,
Très beau reportage de la part de Dan, certaines photos m'ont parlées, en particulier le char qui a participé aux combat  de Flers Courcelette dans la Somme en 1916, j'avais déjà vu cette photo, mais émouvant de revoir, car ces combats se sont déroulés non loin de chez moi..... !


Vidocq80

 
avatar
vidocq80
Old Timer

Messages : 1346
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 62
Localisation : HALLENCOURT 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par vidocq80 le Lun 4 Mai - 18:10

Salut,
Très beau reportage de la part de Dan, certaines photos m'ont parlées, en particulier le char qui a participé aux combat  de Flers Courcelette dans la Somme en 1916, j'avais déjà vu cette photo, mais émouvant de revoir, car ces combats se sont déroulés non loin de chez moi..... !


Vidocq80

 
avatar
vidocq80
Old Timer

Messages : 1346
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 62
Localisation : HALLENCOURT 80

Revenir en haut Aller en bas

Re: caprice de vieux...chars radio commandes...

Message par Winchester 1866 le Lun 4 Mai - 18:30

Merci mon Ami ça fait plaisir
Dan
avatar
Winchester 1866
Fondateur

Messages : 1930
Date d'inscription : 02/01/2015
Age : 68
Localisation : Ile de France

http://prehistoire-xixeme.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum